humanrights.ch Logo Icon

Qui doit veiller à l'intégrité corporelle des enfants?

Café scientifique organisé par l'UniNe


23. novembre 2022
Université de Neuchâtel, bâtiment principal, salle C46 (premier étage), avenue du Premier-mars 26, 2000 Neuchâtel

D’une simple envie de se tatouer au besoin de changer de sexe : jusqu’à quel point les enfants peuvent-ils décider de modifier leur corps ? Refuser un piercing à sa progéniture, est-ce condamnable ou salutaire ?

Répondre à de tels désirs peut être une source de regret que l’enfant, une fois devenu adulte, pourrait bien reprocher aux parents. A l’inverse, pour des bébés dont le genre n’est pas clairement défini à la naissance, est-ce aux médecins ou aux parents de décider s’il y a lieu d’en assigner un en pratiquant une opération chirurgicale ? N’est-ce pas une décision qui peut attendre ? Et qu’en est-il des opérations génitales à caractère rituel et des circonstances dans lesquelles elles se pratiquent ? Si les mutilations féminines clairement douloureuses et dégradantes sont interdites en Suisse, pourquoi tolère-t-on la circoncision de jeunes garçons ou de bébés ?

Entrée libre et café offert

Informations supplémentaires