Update: 25.11.2019

Participation politique des femmes

La lutte pour la participation des femmes en politique était l’un des objectifs principaux du mouvement des femmes international et national. L’égalité des droits entre les sexes en politique et dans la vie publique est fixée par l’article 7 de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes de 1979 . L’article 8 demande la participation des femmes à l’échelon international et aux travaux des organisations internationales.

Si presque toutes les femmes à travers le monde disposent du droit de vote et du droit d’être élue, le taux de femmes dans les institutions politiques ou dans les organes décisionnels reste encore aujourd’hui très bas. En 2002, le taux de femmes présentes dans les parlements nationaux (lien en anglais) s’élevait à environ 15% et en 1996 le taux de femmes présentes dans les gouvernements à environ 7% (lien en anglais). Seuls les pays nordiques présentent un taux de femmes suffisamment élevé (39,7%) pour que celles-ci puissent exercer une influence effective sur la politique de leur pays (cf. le rapport de l’UE sur la participation des femmes en politiques dans les États membres du Conseil de l'Europe, Pdf, 67 p.).

La commission des Nations Unies chargée de contrôler la mise en œuvre de la convention sur les femmes de 1979 précise dans sa recommandation générale No 23 (§ 14) (lien en anglais) que le concept de démocratie n’aura d'effet durable que lorsque les décisions politiques seront prises à la fois par les femmes et par les hommes, et tiendront compte de façon égale des intérêts des unes et des autres.

Le Conseil de l’Europe et l’Union européenne visent également une représentation paritaire des femmes et des hommes.

En Suisse

En Suisse, le taux de femmes dans les instances politiques, dans l’administration et dans les tribunaux n’atteint de loin pas le tiers. Il s’élevait en 2000 à 23,5% au Conseil national et à 19,6% au Conseil des États. En 1999, 24% des représentants des parlements cantonaux et environ 20% des représentants des gouvernements cantonaux étaient des femmes. Cette année-là encore, le taux de femmes travaillant dans l’administration fédérale s’élevait à 23,3% et à 6,5% dans les postes les plus élevés. Les dernières statistiques sur la participation des femmes dans les tribunaux datent de 1990 et présentent un taux de femmes de 21% (cf. survol des données et indicateurs de l’Office fédéral de la statistique sur l’égalité entre femmes et hommes)

La Commission des droits de l'homme ainsi que récemment le Comité pour les droits de la femme ont reproché à la Suisse son manque d’engagement en faveur des femmes dans les institutions politiques, administratives ou juridiques. Ces instances internationales n’ont pas compris pourquoi la Suisse, qui a introduit différentes formes de quotas pour ses minorités linguistiques, se révèle jusqu’ici plutôt réticente à l’idée d’en introduire aussi pour les femmes ou de prendre tout simplement des mesures pour favoriser la participation des femmes dans les institutions politiques, administratives ou juridiques (Cf. situation actuelle présentée par le rapport du Conseil fédéral « mise en œuvre du plan d’action de la Suisse relatif à l’égalité entre femmes et hommes par l’Administration fédérale »)

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61