Update: 05.11.2015

Déclarations islamiques des droits de l’homme

Les déclarations islamiques des droits de l’homme sont l’effet surtout des critiques formulées par les organisations islamiques à l’égard de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) de 1948. Tout en reprenant partiellement des principes inscrits dans la DUDH et dans d’autres conventions de l’ONU, les déclarations islamiques s’en distancient sur certains points et proposent une vision alternative des droits humains. En particulier, les textes islamiques insistent sur la supériorité du droit musulman par rapport au droit international et reconnaissent une importance accrue aux droits collectifs.

Déclaration islamique universelle des droits de l’homme (19 septembre 1981)

Le Conseil islamique d‘Europe, une institution privée avec siège à Londre, publiait en 1981 la Déclaration islamique universelle des droits de l’homme.

Déclaration du Caire des droits de l’homme en Islam (5 août 1990)

L’Organisation de la coopération islamique (OCI), une association de 57 États d’inspiration islamique, approuvait en 1990 cette déclaration interétatique. La Déclaration du Caire n’est pas un instrument juridiquement contraignant et n’est pas reconnue par les Nations Unies en tant qu’instrument régional des droits humains. La Déclaration du Caire a cependant une signification symbolique et une importance indirecte dans la politique des droits de l’homme. Sur ce plan, elle s’érige en contre-projet islamique à la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH).

La déclaration du Caire se base sur les droits et les libertés de la Charia, qui est considérée comme «l'unique référence pour l'explication ou l'interprétation de quelconque des articles» (art. 25).

Charte arabe des droits de l’homme (15 septembre 1994 révisée en 2004)

La Charte arabe des droits de l’homme, publiée par le Conseil de la ligue arabe, tout en ayant été reconnue par l’ONU en tant qu’instrument régional des droits humains, reste encore très faible au niveau de son application pratique. À la différence de la Déclaration du Caire des droits de l’homme en Islam, la Charte de 1994 ne repose pas sur un fondement religieux.

Sources complémentaires

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61