Update: 22.01.2014

Présidence suisse de l’OSCE en 2014

La Suisse présidera en 2014 l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). En tant que chef du Département fédéral des affaires étrangères, le président de la Confédération Didier Burkhalter présidera pendant cette année l’OSCE. La présidence suisse s’est choisie comme slogan: «Construire une communauté de sécurité au service des individus».

Une année importante

Pour la deuxième fois, avec la présidence de 1996, la Confédération se voit confier la responsabilité de l’organisation qui réunit 57 États européens. L’OSCE occupe toujours une place de choix dans la politique étrangère suisse, du fait notamment de la non-adhésion de la Suisse à l’UE et à l’OTAN, bien qu’elle ait perdu de son importance ces dix dernières années comme instrument de la politique internationale.

Durant son année de présidence en 2014, la Suisse collaborera étroitement avec la Serbie, qui présidera à sa suite l’OSCE en 2015. Cette double candidature, qui assure une présidence en chaîne entre la Suisse et la Serbie, n’aurait pas été possible sans quelques compromis politiques au sein de l’OSCE.

Priorités pour 2014

Le travail de l’OSCE se déploie dans trois domaines différents: politique de sécurité, économie et environnement ainsi que «dimension humaine». Cette dernière se rapporte aux questions liées à la démocratie, à l’État de droit et aux droits humains. 

État de droit et droits humains

Concernant cette troisième dimension – puisque c’est ce qui nous intéresse ici —, la Suisse a décidé de mettre l’accent sur deux aspects: la collaboration des gouvernements avec la société civile et le dialogue concernant les nombreux engagements (Commitments) pris dans le passé par les États de l’OSCE et l’état de leur mise en œuvre; en particulier, en matière de lutte contre la torture, de respect des droits humains dans la lutte contre le terrorisme, de protection des défenseurs-se-s des droits humains, pour la lutte contre la traite des êtres humains et le respect des droits des minorités.

Médiation

Dans le cadre de sa présidence de l’OSCE, la Suisse accorde une attention toute particulière au processus de réconciliation dans les Balkans occidentaux ainsi qu’à la restauration du dialogue et de la confiance dans le Caucase du Sud. Face aux signes de fracture entre est et ouest, la Suisse considère l’OSCE comme une plateforme de dialogue essentielle et conçoit pour elle-même un rôle de médiatrice.

Le rôle de la société civile et de la jeunesse

Dans son discours de présentation du 16 janvier 2014 à Vienne, le président Burkhalter a insisté sur le fait que la société civile devait systématiquement être intégrée aux processus de l’OSCE.

La Suisse veut renforcer le rôle de la société civile, dans chaque région, et la consultera tout au long de l’année. Les jeunes en particulier doivent avoir leur place dans le travail de l’OSCE. En Suisse aussi, le dialogue sera permanent avec le Groupe de travail des ONG pour l’OSCE. 

Conférence de clôture à Bâle

L’année de la présidence suisse se terminera, en décembre 2014, par deux manifestations à Bâle: la conférence internationale des ONG suivie de la conférence des 57 ministres des Affaires étrangères de l’OSCE.

Informations complémentaires

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61