Update: 28.11.2008

Esclavagisme au XXIe siècle

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes. Voila ce que dit l’art. 4 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Soixante ans plus tard – et deux cent ans après l’abolition de la traite des esclaves – on estime à 27 millions le nombre de personnes réduites en esclavage à l’échelle mondiale.

Rapporteuse spéciale, active depuis mai 2008

Suite à l’adoption de la résolution 2/214 lors de sa sixième session, le Conseil des droits de l’homme a nommée, le 26 mars 2008, Mme Gulnara Shahinian en tant que Rapporteuse spéciale des formes contemporaines d’esclavage, y compris leurs causes et leurs conséquences. Elle a remis son premier rapport en juillet 2008 (cf. ci-dessous). À l’occasion de la Journée internationale contre l’esclavage, le 2 décembre, elle rappelle que l’esclavage est un phénomène mondial, qui touche les pays riches comme les pauvres. L’esclavage et son commerce vont main dans la main avec la pauvreté, l’exclusion sociale, la marginalisation, la discrimination, le manque d’accès à l’éducation, la faible pratique de la loi et la corruption.

Réalité du monde moderne: qui sont ces esclaves ?

Les formes contemporaines d’esclavage ont donc des répercussions sur les conditions de vie de millions de personnes dans le monde entier. Par formes contemporaines, on comprend: servage, servitude pour dettes, travail forcé, travail des enfants et des adolescents, trafic de personnes et traite d'organes, esclavage sexuel, enfants-soldats, mariages forcés, vente d’épouses, ainsi que certaines formes de travail des migrants et de prostitution.

Documents de l’ONU

Experts s’exprimant à ce sujet

En novembre 2008, le journaliste américain Ben Skinner a accordé un entretien au journal politique suisse alémanique Cicero. Il parle de ses expériences au Cambodge, en Haïti, en Inde, au Soudan et en Roumanie et raconte comment on lui a, à plusieurs reprises, proposé un enfant pour quelques dollars pendant les 5 ans qu’ont duré ses recherches. Autre auteur référencé en la matière, le Prof. Kevin Bales, dont l’ouvrage de référence est analysé.

Pour en savoir plus

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61