Update: 05.06.2007

Crédit Suisse/Samling se retire des forêts tropicales

Succès pour la campagne menée pour les populations des forêts tropicales de Guyana par deux ONG suisses. En effet, le groupe forestier malaisien Samling, soutenu par le Crédit Suisse, a annoncé qu'il se retirait du village indien d'Akawini, dans la forêt pluviale de Guyana en Amérique du Sud. Ce village avait été visité par des représentants des média, et Samling souhaite par son retrait devancet l'action en justice annéncée par les indiens. Ce succès, fort réjouissant, n'en demeure pas moins qu'une première étape.

Deux organisations de défenses des droits des peuples autochtones, le Bruno-Manser-Fonds (BMF) et la Société pour les peuples menacés (SPM) Suisse, reprochent à la deuxième banque de suisse, le Crédit Suisse (CS), de ne pas avoir respecté ses propres chartes de développement durable en acceptant de travailler pour le producteur de bois Samling. Depuis son entrée en bourse, 10 millions de dollars ont été tirés des exploitations de bois. Ils doivent être versés aux peuples qui vivent dans les forêts tropicales de Guyane, du Cambodge, de Malaisie et de Papouasie Nouvelle Guinée. Les deux organisations ont également accusé, le 3 mai 2007, la multinationale malaisienne Samling de détruire les réserves d'eau potable des populations et de les empêcher de rentrer sur leurs territoires.

  • Le Credit Suisse doit dédommager les peuples des forêts tropicales de 10 millions de dollars (n'est plus disponible en ligne)
    Communiqué de presse du Bruno-Manser-Fonds (BMF) et de la Société pour les peuples menacés (SPM) Suisse, 3 mai 2007
    Avec dossier attaché
  • Des ONG veulent faire passer le Crédit Suisse à la caisse
    Swissinfo, 3 mai 2007

Information supplémentaire

 

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61