Update: 21.09.2007

Employées domestiques clandestines : appel à la régularisation à Genève

Jusqu'au 10 octobre 2007, les Genevoises appellent leurs autorités cantonales et fédérales de régulariser la situation de ces migrantes. «Nous avons décidé, en tant que femmes qui avons recours au travail de femmes migrantes dans nos foyers, de sortir du silence et de revendiquer publiquement qu'une solution publique soit enfin trouvée...» De fait, l'appel des féministes du Collectif 14 juin, lancé cet été à Genève, a déjà été entendu par une cinquantaine de femmes, parmi lesquelles figurent des personnalités des milieux politiques et culturels. Ce sont bien 60% du personnel de maison qui est ainsi sans statut légal. 

Situation à Genève 

Environ 5000 personnes travaillent clandestinement dans l’économie domestique, sur un total estimé à 6000 clandestins à Genève ou à plus de 100 000 pour toute la Suisse (avec une perte de l'ordre de 400 millions de francs pour les impôts et les assurances sociales au niveau national, selon la Tribune de Genève). La quasi-totalité est des femmes, travaillant dans des ménages - qui par ailleurs n’ont pas toujours les moyens de se permettre autre chose. Si cela correspond à 60% du personnel de maison, il n’en reste pas moins que 40% des employeurs respectent le contrat type (CT), obligatoire à Genève depuis le 2 mai 2005. Ce contrat protège les employées en s’assurant de conditions de travail décents (tel un horaire de 46 heures maximum ou un salaire minimal à 3430 francs mensuel pour du personnel non qualifié). Le Syndicat interprofessionnel des travailleuses et travailleurs (SIT) invitent le canton et la population à ne pas se satisfaire d’un état de non-droit, et appelle les autorités fédérales à régulariser collectivement les travailleurs sans papiers.

Cet état de non-droit touche en particulier les employés de maison de diplomates travaillant à Genève, régulièrement cités pour abus.

Créé en 1995, un "bureau de l'amiable compositeur" propose des médiations pour tenter de trouver des accords en cas de conflit de travail. Il traite en yenne 75 vas pas an. 

Information supplémentaire

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61