Update: 19.11.2008

Tentatives de suicide par deux détenus à Genève

Au centre de détention administrative qui regroupe à Frambois les étrangers en instance de renvoi, deux hommes ont tenté de se suicider le 26 septembre 2008. La Ligue suisse des droits de l’homme (LSDH) s’insurge contre la détérioration des conditions de détention et en particulier l’accès aux soins et la prise en charge psychologique. Quelques jours plus tard, la commission des visiteurs du Grand Conseil genevois adresssait une une interpellation urgente  au Conseil d'Etat, demandant à l'unanimité «la fermeture sans délai» de l'établissement, pour cause de «conditions de rétention sont indignes». Ironie du sort, le rapport du CPT publié le même jour citait Frambois en exemple.

Encadrement mal adapté

«L’encadrement n’est pas adapté », estime Damien Scalia, président de la LSDH, qui critique aussi le fait que l´établissement, ouvert en juin 2004 et qui compte une vingtaine de détenus, ait recours à des surveillants venant d´une société de sécurité privée. C'était le cas de six des sept gardiens le jour en question. Le directeur de Frambois, qui sera remplacé le 1er décembre par un ancien (et contesté) directeur de Champs-Dollon, ne souhaite pas entrer dans la polémique et souligne que le personnel a sauvé la vie des deux hommes. Selon Le Courrier, les deux hommes ont passé une nuit en pavillon médical à l'hôpital psychiatrique de Belle-Idée, avant de retourner à Frambois, où ils sont toujours, sans suivi psychiatrique.

La situation d'oisiveté et de tension qui fait le quotidien des détenus, cumulée au manque de perspectives d'une population en attente de renvoi, est explosive.

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61