Update: 31.01.2019

Domaine d'asile, divers aspects- recommandations choisies à la Suisse

Vous trouverez ici quelques citations liées au thème choisi. A la fin se trouve la source avec un lien au texte intégral.

Comité contre la torture CAT

«L’État partie devrait envisager de modifier sa législation afin de permettre une évaluation du risque et prendre des mesures garantissant pour la personne expulsée en vertu de l’article 68, paragraphe 4, de la loi sur les étrangers de 2005 et de l’article 5, paragraphe 2, de la loi sur l’asile de 1999 la pleine conformité de la procédure avec l’article 3 de la Convention. Il devrait également offrir la possibilité d’un recours effectif contre la décision d’expulsion, avec un effet suspensif.» 

Comité des droits de l'homme/ Human Rights Committee CCPR

«L’État partie devrait respecter strictement le principe du non-renvoi de personnes soumises à des persécutions de la part d’agents extérieurs à l’État et garantir l’application de la jurisprudence du Tribunal administratif fédéral sur cette question.» 

****

    «L’État partie devrait protéger les droits fondamentaux des personnes dont la demande d’asile a été rejetée et permettre à ces personnes d’avoir un niveau de vie suffisant et de bénéficier de soins de santé.  » 

    Commission contre le racisme et l'intolérance ECRI

    «Concernant la procédure d’asile, l’ECRI souligne la nécessité de veiller à ce que l’introduction de procédures accélérées ne se traduise pas par un affaiblissement des droits des demandeurs, notamment du droit de voir leur cas examiné sur une base individuelle et au vu des faits de l'espèce, ainsi que de se pourvoir contre une décision défavorable en disposant d’un délai suffisant et d’un accès à l’assistance judiciaire afin de préparer correctement leur défense» 

    Commissaire des droits de l'Homme du Conseil de l'Europe

    «NEM et conséquences, situation actuelle :
    renoncer à frapper une personne d’une décision de NEM lorsque, 48 heures après y avoir été invitée, elle ne peut présenter des papiers d’identité, et prendre la décision sur le droit au séjour en Suisse toujours sur la base d’un faisceau d’indices cumulatifs et après un entretien individuel avec le demandeur pendant lequel celui-ci bénéficie d’une assistance juridique et linguistique ; prolonger le délai actuel de 5 jours pour introduire un recours contre une décision de NEM et octroyer au requérant, dès le début du délai, une assistance juridique et un traducteur, si nécessaire ; supprimer la possibilité d’exiger de frais de procédure ; offrir aux personnes frappées de NEM un délai de carence significatif pour essayer de quitter la Suisse (avec le concours des autorités suisses et, éventuellement, des incitations positives) avant de la considérer comme séjournant illégalement en Suisse avec les conséquences qui en découlent ; rouvrir aux personnes frappées de NEM le droit à l’assistance sociale» 

    ****

      «NEM et conséquences, mesures en discussion :
      introduire la protection humanitaire dans la législation sur l’asile ainsi que le concept de persécution par des acteurs non étatiques ; ne pas aligner le statut des demandeurs d’asile déboutés sur celui des personnes frappées de NEM tel qu’il est conçu actuellement ; réduire la durée de détention maximale en vue de renvoi au lieu de la prolonger ;» 

      © humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61