Session inaugurale du Conseil des droits de l'homme (juin 2006)

Entre le 19 et le 30 juin 2006, le tout nouveau Conseil des droits de l’homme (CoDH) réunit à Genève des personnalités représentants plus d’une centaine de pays. Dans son discours d’ouverture, la conseillère fédérale Calmy-Rey rappelé qu’il était «prioritaire pour la Suisse de veiller à ce que le Conseil bénéficie des meilleures conditions possibles pour mener à bien ses activités» et que «la Suisse entend travailler avec vous et avec tous les acteurs du Conseil dans un esprit constructif et ouvert».

Bilan

Au centre des débats de cette première session figurent la mise en place des différentes procédures de la nouvelle institution ainsi que sur son programme de travail pour les sessions à venir. Une des grandes nouveautés en est l’examen périodique des droits humains dans chaque Etat des Nations-Unies. Avant des les examiner plus en détail et pour assurer une certaine continuité, le Conseil a décidé l’extension pour un an des mandats de tous les rapporteurs spéciaux de l’ONU (une quarantaine) – y compris celui du Suisse controversé Jean Ziegler, rapporteur sur le droit à l’alimentation. Leurs rapports seront examiné au cours de la deuxième session, du 18 septembre au 6 octobre 2006.

Adoption de deux textes importants

Mais si le Conseil a examiné un protocole au Pacte relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, il a surtout adopté, le 29 juin 2006, la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées et la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Les deux documents, notamment soutenus par la Suisse, doivent maintenant être soumis à l’Assemblée Générale pour approbation définitive.

Réaction des organisations de défense des droits humains

Les décisions prises au cours de cette session inaugurale ont été, de façon générale, bien accueillies par les ONG telles que Amnesty International (AI) ou Human Rights Watch (HRW). Pour Peggy Hicks, de HRW, le Conseil doit montrer rapidement sa capacité à passer des discussions à l’action, pour tout e une série de situations qui demandent son urgente attention. S’il a été louable de passer deux résolutions concernant le conflit au Moyen-Orient, alors en pleine actualité, il ne faut pas délaisser les efforts à consentir en matière de lutte aux abus des droits humains et contre le terrorisme pour des pays comme l’Ouzbékistan, la Corée du Nord, l’Iraq, la Birmanie, le Soudan ou la Somalie. De son côté, Amnesty International renouvelle son appel à tous les membres du Conseil pour qu'ils s'efforcent de dépasser les pratiques sélectives et politisées de l'ancienne Commission des droits de l'homme des Nations unies.

Déclarations officielles

  • Discours d’ouverture de la Conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, 19 juin 2006 (plus disponible en ligne)
  • Déclarations faites par la délégation suisse au cours de la session inaugurale, 19-30 juin 2006 (plus disponible en ligne)

Communiqués d'ONG internationales

    02.07.2006