Update: 02.10.2017

Informations par pays: Droits humains en Arabie Saoudite

Les informations ci-après dressent le panorama des principaux problèmes en matière de droits humains en Arabie Saoudite; elles n’ont pas la prétention d’être exhaustives ou infaillibles.

L’Arabie Saoudite est une monarchie absolue dont le système juridique est inspiré de la Charia. Les membres de l’opposition politique non violente sont souvent mis en état d’arrestation sans accusation, ni procès.  Les châtiments corporels sont encore appliqués et la peine de mort est encore en vigueur. Les prisons sont surpeuplées et les rapports relatant des cas de torture et de mauvais traitements sont nombreux. Les aveux obtenus sous la torture sont toujours admis. Les forces de police dispersent les manifestations pacifiques par le recours à la violence. La liberté d’expression et de réunion sont fortement limitées et internet est soumis au contrôle des pouvoirs publics. Les défenseurs/défenseuses des droits de l’homme sont arbitrairement emprisonné-e-s et intimidé-e-s. Des lois en Arabie Saoudite assimilent de facto les critiques à l’égard du gouvernement et les protestations pacifiques au terrorisme. Les droits politiques sont presque absents et les possibilités de réformer le régime politique par des moyens légaux très restreintes. Le gouvernement agit de manière opaque et il est rongé par la corruption. Depuis 2016, ce dernier est par ailleurs de plus en plus confronté aux problèmes économiques, qui ont aussi des effets négatifs sur les droits humains.

Les droits des femmes, des enfants et des étrangers/étrangères sont strictement limités. D’après la loi, les femmes sont obligées de vivre sous la tutelle d’un homme. Sans son consentement, elles ne peuvent pas voyager, ni obtenir un passeport et ne peuvent pas recevoir certains traitements médicaux. La violence à l’égard des femmes et le trafic d’êtres humains comptent parmi les problèmes des droits humains les plus urgents en Arabie Saoudite. Plus de 9 millions de travailleurs/travailleuses  étrangers/étrangères constituent une main-d'œuvre à bas salaire travaillant dans des conditions précaires. Leur autorisation de séjour dépend strictement des employeurs. Des cas de travail forcé sont connus. La discrimination sur la base de l’origine, du sexe et de la religion est monnaie courante.

Les minorités chiites sont victimes de harcèlement et de persécution. Depuis 2015, le pays participe à des opérations militaires au Yémen qui ne respectent pas le droit international humanitaire et constituent aussi des crimes de guerre. La guerre au Yémen et l'exécution d'un chef religieux chiite début 2016 ont ravivé le conflit entre chiites et sunnites et déclenché de violentes protestations.

(Etat en septembre 2017. Sources: HRW, US State Department, Amnesty International)

Les meilleurs liens pour en savoir plus

Recueils des rapports sur les droits humains en Arabie Saoudite

Rapports sur les droits humains d'une organisation ou institution

Classements / Indices

Divers

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61