Update: 25.07.2016

Informations par pays: Droits humains en Bulgarie

Les informations ci-après dressent le panorama des principaux problèmes en matière de droits humains en Bulgarie; elles n’ont pas la prétention d’être exhaustives ou infaillibles.

Les ONG condamnent les expulsions illégales de réfugié-e-s vers la Turquie. Celles-ci sont effectuées par la police aux frontières bulgares et les auteurs des abus dénoncés aux frontières jouissent de la plus totale impunité. Le fait de tenter à deux reprises de franchir illégalement la frontière, que ce soit pour entrer ou pour sortir du pays, constitue une infraction pénale. Des migrant-e-s et des réfugié-e-s appréhendé-e-s alors qu’ils tentaient de quitter la Bulgarie en dehors d’une procédure régulière ont ainsi été poursuivi-e-s en justice et incarcéré-e-s, dans certains cas pendant plus d'un an. Dans les centres d'accueil pour requérant-e-s d'asile, des déficiences majeures en termes de capacité d’hébergement, de nourriture et de soins médicaux sont constatées. De plus, aucun plan pour l‘intégration des réfugié-e-s admis-e-s n’est prévu. L'exclusion des Roms et des minorités turques, en particulier en ce qui concerne la formation, le travail, les soins médicaux et le logement, est toujours l'un des problèmes majeurs en Bulgarie. Au mois de septembre 2016, l’Assemblée nationale a adopté une loi interdisant le port du voile intégral dans l’espace public, une loi jugée discriminante à l’égard de la minorité turque et rom de confession musulmane. En 2017, plusieurs organisations des droits humains ont exprimé leurs préoccupations au vu de l'ampleur des crimes de haine perpétrés, entre autres, à l'égard des migrant-e-s, des Roms, des personnes musulmanes, de confession juive ainsi que les personnes LGBT. Les professionnel-le-s des médias sont enclins à l’autocensure à cause de pressions économiques et politiques. En 2016, le Parlement a adopté en première lecture une nouvelle loi contre le terrorisme qui définit la notion «d’acte terroriste» en des termes vagues et beaucoup trop généraux. Ce texte permet au président de la République de décréter, avec l’accord de l’Assemblée nationale, l’état d’urgence à la suite d’un acte «terroriste» perpétré contre le territoire bulgare. À ces problèmes s'ajoutent aussi  la corruption, des procédures judiciaires excessivement longues ainsi que des conditions de détention insuffisantes.

(Etat en juillet 2017. Sources: US State Dept., Amnesty International)

Les meilleurs liens pour en savoir plus

Recueils des rapports sur les droits humains en Bulgarie

  • Bulgarie sur ecoi.net
    Rapports collectés de sources diverses sur l’état des droits humains en Bulgarie (anglais)
  • Bulgarie sur unhcr.org
    Rapports collectés de sources diverses sur l’état des droits humains en Bulgarie (anglais)

Rapports sur les droits humains d'une organisation ou institution

Classements / Indices

Divers

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61