Vue d'ensemble des recommandations de la Suisse

La Suisse a émis des recommandations à plus de la moitié des 112 pays examinés dans le cadre des procédures d'examens périodiques universels (EPU) lors des sept sessions depuis avril 2008.

Base de données d'UPR-Info

UPR-Info fournit une excellente base de données pour des recherches concernant les recommandations faites dans le cadre des procédures d'examens périodiques universels (EPU).

Aperçu thématique 

L'essentiel du contenu des recommandations de la Suisse se concentre autour de thèmes spécifiques et récurrents. Les demandes de la délégation helvétique sont ainsi principalement focalisées sur la discrimination des femmes, la discrimination des minorités, la torture, la peine de mort et les droits de l'enfant. Plusieurs recommandations concernent également le traitement des prisonniers ou la déficience du droit de procédure.

La protection des journalistes, des défenseuses et défenseurs des droits humains et d'autres acteurs de ce type a également été pointée du doigt. Plus particulièrement auprès des pays occidentaux, la Suisse a recommandé une amélioration de la conformité aux droits humains des mesures de lutte contre le terrorisme, ainsi qu'une meilleure formation aux droits humains. 

La ratification et l'application des conventions relevant des thèmes mentionnés a presque toujours été encouragées. Pour chaque pays examiné, la Suisse a choisit deux à trois thèmes prioritaires, dans lesquelles elle a fait ses recommandations ou remarques. 

Revue par pays

Les vingt-neuf pays suivants ont reçu les recommandations de la Suisse en vue d'améliorer la situation des droits humains qui prévaut chez eux: Afrique du Sud, Arabie Saoudite, Argentine, Bahreïn, Burundi, Canada, Chine, Colombie, Cuba, Etats Arabes Unis, France, Ghana, Grande-Bretagne, Guatemala, Inde, Israël, Japon, Maroc, Mexique, Pays-Bas, Pakistan, Philippines, Ouzbékistan, Russie, Tonga, Tunisie, Turkménistan, Tuvalu et l'Ukraine.

La Suisse n'a pas livré de recommandations aux dix-huit pays suivants: Algérie, Allemagne, Bahamas, Barbade, Bénin, Botswana, Cap Vert, Équateur, Finlande, Gabon, Luxembourg, Monténégro, Pérou, Pologne, République Coréenne du Sud, République Tchèque, Roumanie, et le Sri Lanka.

Lors de l'examen du Brésil, Burkina Faso, Nigéria et Zambie, la Suisse a été membre de la troïka ayant coordonné l'EPU de l'un de ces pays. Dans ces cas-là, la Suisse n'a, en toute logique, pas livré de recommandations additionnelles. 

Pour ce qui est des processus par pays concernant l'Azerbaïdjan, Bangladesh, Cameroun, Djibouti, Jordanie, Lichtenstein, Malaisie, Mali, Maurice, Sénégal et la Serbie, aucune information n'était disponible au moment de la rédaction de cet article. 

Une rapide analyse géographique montre que la Suisse a choisit les États à qui elle a adressé ses recommandations de façon équilibrée. Ainsi, cinq États d'Amérique Centrale et du Sud ont été examinés par la Suisse, cinq d'Afrique, huit d'Asie, cinq d'Europe / Amérique du Nord, quatre du Proche &Moyen-Orient et deux de l'Océanie. 

Compte tenu des habitudes diplomatiques, on peu constater que la Suisse a joué franc jeu au cours de ces processus d'EPU par pays, voire qu'elle a agit, dans certains cas, avec un courage certain. La question de savoir quelles ont été les raisons de la Suisse de ne livrer, sur une série de pays, aucune recommandation, reste ouverte.

Vous trouverez ci-dessous un descriptif plus précis des recommandations données par la Suisse concernant les pays suivants: 

30.04.2014