Update: 19.08.2016

La violence domestique - Explication terminologique

Le terme de «violence domestique» est souvent associé à la violence à l’égard des femmes. Cette réduction apparaît justifiée: les femmes représentent trois quarts des victimes et sont donc affectées de manière disproportionnée.

Toutefois, il convient de distinguer les termes de «violence domestique» et de «violence à l’égard des femmes». En effet, ce dernier terme comprend, outre la violence domestique, également d’autres types de violences basées sur le genre: la violence – notamment sexuelle – dans les lieux publics ou sur le lieu de travail, l’exploitation de la prostitution, la traite des femmes et des filles ou encore le mariage forcé et les mutilations génitales.

Qu’est-ce que la violence domestique ?

On est en présence de violence domestique dès lors qu’une personne exerce ou menace d’exercer une violence au sein d’une relation familiale, conjugale, maritale, partenariale en cours ou dissoute. La violence domestique touche également les enfants et les jeunes. Elle comprend différentes formes de violence: la violence corporelle, sexuelle, psychique, ainsi qu’économique.

La violence domestique: une violation des droits humains

Différentes dispositions contenues dans les accords sur les droits humains imposent aux Etats d’éviter tout acte de violence et de protéger les individus contre les actes de violence commis par des tiers. Il s’agit ainsi notamment du droit à la vie, de l’interdiction de la torture et des traitements inhumains et dégradants, de l’interdiction de l’esclavage, ainsi que du droit à la liberté et à la sûreté de la personne. Ces dispositions sont contenues notamment dans le Pacte de l’ONU relatif aux droits civils et politiques, dans la Convention contre la torture, dans la Convention relative aux droits de l’enfant, dans la Convention relative aux droits des personnes handicapées, ainsi que – au niveau européen – dans la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH).

La Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (aussi appelée Convention d’Istanbul) établit explicitement à l’art. 3 al. a que la violence domestique doit être comprise comme une violation des droits humains.

Une multitude de facteurs

La violence domestique peut être liée à une multitude de facteurs différents. Les rapports de force développés de manière inégale à travers l’histoire entre les hommes et les femmes en constituent une cause indirecte, la violence domestique présentant en ce sens un caractère structurel.

Les crises sociales, économiques et personnelles liées à certaines dynamiques culturelles, à des changements au sein du couple, à des disparités de pouvoir interfamiliales, à des dépendances et/ou à une situation d’isolement constituent les causes directes de la violence domestique.

Informations complémentaires

Le domaine spécialisé «Violence domestique» du Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes a publié plusieurs feuilles d’information sur différents aspects liés à la violence domestique :

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61