Update: 22.01.2014

Un rapport pour faire le point sur la situation des femmes handicapées en Suisse

En décembre 2013, le Bureau fédéral de l'égalité pour les personnes handicapées (BFEH) a publié un dossier thématique sur la situation des femmes handicapées en Suisse, réalisé avec l'aide de l’organisation Avanti donne, le réseau pour les femmes et les filles handicapées.

Alors que près de 1,2 million de personnes handicapées vivent en Suisse, dont 700 000 femmes, le constat de l’étude est clair:«Personne ne devrait être discriminé en raison de son sexe ou d’un handicap. Pour les femmes handicapées, le défi est double et il reste bien du chemin à parcourir».

Un genre à part

Dans l’étude «L’égalité des personnes handicapées: femmes», les deux bureaux de l’égalité de la Confédération, le Bureau fédéral pour l’égalité de genre et le BFEH ont mis en lumière les points de convergence entre les deux problématiques, le genre et le handicap. Alors que le handicap a tendance à prendre le pas sur toutes les autres particularités qui font un individu, notamment sur son sexe, l’étude affirme au contraire que la manière dont le handicap influence le parcours personnel d'une personne handicapée dépend aussi de son sexe. Il appelle à l’adoption d’une approche globale, qui tienne à la fois compte du handicap de la personne et de son sexe.

Moins de prise en compte, plus de discriminations

Ce cloisonnement pratiquement total des deux thématiques égalitaires, le genre et le handicap, a des conséquences lourdes pour les femmes handicapées, notamment en matière d’éducation, de travail et de santé, sans oublier les problèmes d’image publique que ces femmes rencontrent, et les grandes difficultés à défendre leurs intérêts. 

Alors que les femmes et les personnes handicapées sont particulièrement sujettes à la violence, par exemple, aucune information spécifique n’est consacrée à la violence faite aux femmes handicapées. Comme dans bien d’autres domaines, «les données détaillées et rigoureuses sur la vie et les besoins particuliers des femmes et filles handicapées en Suisse sont peu nombreuses, de sorte qu’il ne semble guère nécessaire d’agir pour changer leur situation», souligne le rapport.

Les femmes handicapées sont soumises à un risque plus élevé de préjudices et de discriminations, aussi parce qu’elles ne sont pas considérées comme catégorie à part entière.

Appel au changement

Le rapport du BFEH tire la sonnette d’alarme dans un contexte bien défini.  Dans son communiqué de presse du 9 décembre 2013, le BFEH rappelle en effet qu’«avec l'adhésion prévue à la Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées (CDPH), la Suisse confirme son obligation à tenir compte de la perspective de genre». 

Le 26 novembre 2013, le Conseil des États a en effet adopté en vote final la ratification par la Suisse de la Convention. La confédération devrait donc adhérer prochainement à la CDPH, sans prévoir toutefois de possibilité de recours individuel.

Sources

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61