Update: 09.01.2012

Des demandeurs d’asile à la rue pour Noël

A Vallorbe, une quinzaine d’hommes ont été refoulés du centre de requérants en plein mois de décembre. A Bâle et Chiasso aussi, des demandeurs d’asile ont été mis à la porte avant même d’avoir pu rédiger leur demande. Malgré le froid, certains se sont retrouvés sans toit à l’approche de Noël, comme l’a révélé un reportage de l’émission «10 vor 10» de la télévision suisse alémanique. D’autres, plus chanceux, ont bénéficié de l’aide de particuliers ou d’organisations caritatives.

Depuis décembre 2011, les centres d'accueil surpeuplés de la Confédération débordent. Alors que c’est la responsabilité de l’Etat de prendre en charge les requérants d’asile, les associations sont choquées par ces dysfonctionnements.

Refoulements illégaux

Suite aux refoulements de plusieurs requérants d’asile à Vallorbe, Bâle et Chiasso, l’organisation Solidarité sans Frontières a déclaré «choquant» que des réfugiés soient laissés sans solution d’hébergement. En plein hiver, des requérants ont dû trouver un abri par eux-mêmes. Des particuliers et des associations caritatives sont montés au créneau pour combler des lacunes de l’Etat qui n’auraient jamais du pouvoir se produire, déclare SSF dans son communiqué de presse du 20 décembre 2011.

En effet, l’article 80 de la loi sur l’asile avance que «l’aide sociale ou l’aide d’urgence est fournie aux personnes qui séjournent en Suisse» et que «tant que les personnes précitées séjournent dans un centre d’enregistrement ou un centre d’intégration pour groupes de réfugiés, l’aide sociale est fournie par la Confédération.» La loi n’a donc pas été respectée par les autorités.

Démantèlement systématique des structures d’asile

Les cinq centres d’enregistrement et de procédure pour requérants d’asile sont pleins et, dans certains d’entre eux, il est impossible d’accepter de nouveaux venus, a déclaré dans la presse l’Office fédéral des migrations (ODM). L’ODM explique ces dysfonctionnements par l’augmentation des demandes d’asile. Fin novembre 2011, quelque 20'000 requérants avaient été enregistrés depuis janvier. Soit environ 5'000 de plus que pour toute l’année 2010.

Pour Solidarité sans Frontières, ces chiffres sont dans la moyenne de ces dix dernières années. Un rapide coup d’œil aux statistiques montre que l’année 2011 est légèrement supérieure à ces dernières années, en restant toutefois dans la norme, largement inférieure aux 27'000 demandes de 2002 et très loin des 47'000 demandes de 1999 (voir le graphique 13 ici). Les difficultés actuelles proviennent du démantèlement systématique des structures d’asile, avance SSF, qui juge la capacité d’accueil des centres de la Confédération insuffisante.

Des cantons romands complets

Plusieurs cantons aussi affichent complet. Particulièrement en Suisse romande, où Vaud, Neuchâtel et Genève ont recours aux abris de protection civile (PC) pour éviter que des requérants ne se retrouvent à la rue. Neuchâtel et Vaud espèrent désengorger leurs centres actuels avec les nouvelles structurent de Boudry (NE) et Pully (VD). Seul le Jura n’a pas de difficultés d’hébergement grâce au nombre important de logements vacants dans le canton, utilisés au fur et à mesure des arrivées.

Sources

Informations complémentaires

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61