Update: 27.10.2014

Initiative de l’UDC contre le droit international: une tentative déguisée d’affaiblir les droits fondamentaux en Suisse

Samedi 25 octobre à Rothenthurm, les délégué-e-s de l’UDC ont décidé unanimement de lancer l’initiative populaire «pour faire appliquer les décisions du peuple – le droit suisse prime le droit étranger».

Voici le communiqué rédigé par humanrights.ch en réaction à cette décision.

En décidant de lancer l’initiative «le droit suisse prime le droit étranger», l’UDC (parti du peuple suisse en allemand) continue sa lutte au long cours contre les droits humains internationalement reconnus et prévoit ainsi d’affaiblir considérablement la protection des droits fondamentaux en Suisse.

Ce que l’UDC vend comme étant un renforcement des droits populaires n’est autre qu’une attaque frontale contre nos droits fondamentaux tels qu’ils sont garantis par les conventions internationales des droits de l’homme. En cas de conflit, l’UDC est prête à faire dénoncer la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) pour maintenir sa vision extrémiste de la volonté populaire. Résilier la CEDH reviendrait pourtant à déclarer la faillite de l’Etat de droit. La CEDH protège les droits fondamentaux de toutes les femmes et de tous les hommes vivant en Europe. C’est en grande partie à elle que l’on doit d’avoir vu sortir des décombres de la Seconde Guerre mondiale un continent en paix, un continent où les droits de tout à chacun ont été finalement respectés, un continent de démocraties marquées par les progrès économiques et sociaux. Une résiliation de la CEDH par la Suisse menacerait non seulement les droits fondamentaux nationaux, mais affaiblirait également dramatiquement la protection des droits humains en Europe. L’association humanrights.ch est fermement décidée à se battre contre l’affaiblissement des droits humains internationaux et des droits fondamentaux en Suisse.

Documentation

Comprendre les enjeux

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61