Update: 23.12.2013

Médication forcée abusive lors d’un renvoi par vol spécial: lacunes dans l’instruction

Le Tribunal fédéral conclut à une violation des garanties procédurales de l’art. 3. de la Convention européenne des droits de l’homme. Le plaignant se trouvant en détention au moment des faits, il appartient à l’Etat de démontrer l’absence de mauvais traitements. Le canton de Genève n’a satisfait que de façon incomplète à l’obligation découlant de l’art. 3 CEDH de mener une enquête prompte, approfondie et efficace, car il n’a pas pris toutes les mesures nécessaires à l’établissement des preuves et que plus d’une année s’est écoulée entre les faits et sa décision de ne pas entrer en matière. Des médicaments ne pouvant être administrés que sur indication médicale (art. 24 ss. LUsC), il aurait notamment fallu interroger le médecin accompagnant le vol.

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61