Update: 17.07.2009

Utilisation de mini-caméras personnelles par la police

La police tessinoise ouvre une phase test en matière de surveillance dès l’automne 2009 : elle munira ses policiers de mini-caméras, fixées sur leur appareil radio à l’oreille, déclanchables manuellement dans certaines circonstances. L’expérience tessinoise est une première en Suisse, et, si l’expérience se révèle concluante, elle pourrait être institutionnalisée. Pourtant, elle pose des questions en matière du respect de la sphère privée et de protection des données. Les problèmes juridiques liés à ces questions devraient être clarifiée pendant l’été.

Surveillance des matches par la multiplication des images

L'objectif de ces caméras miniatures est d’une part de nature dissuasive, mais aussi, le cas échéant, de faciliter l’identification de hooligans. En outre, elles permettent aux policiers de justifier ses actions et de se défendre contre les plaintes gratuites. Généralisé dans les pays anglo-saxons, le procédé ne devrait pas « faire d’émule de sitôt » en Suisse romande, indique président de la Conférence latine des chefs des départements de justice et police, Jean Studer. Pourtant, à Genève, les Taser acquis en avril par la police sont tous dotés d’une mini-caméra.

Les policiers appellent à un débat politique sur la question, pour légiférer et déterminer exactement ce qui peut être fait et ce qui ne peut pas l'être. Plusieurs cantons ont adopté des dispositions qui permettent à la police de filmer ou photographier la foule, mais à des conditions très strictes. Neuchâtel prévoit la destruction des images trois mois après leur tournage, si elles ne sont pas utilisées, Genève un mois après. Reste que par rapport à la pratique actuelle qui est de filmer au caméscope les manifs à risques, ces caméras embarquées permettront de multiplier les images d'un même événement: c'est l'abus de cette multitude qu'il faudra serveiller. Interrogé par le Temps, le préposé tessinois à la protection des données a assuré qu’il sera vigilant, mais pas obstructif.

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61