Consultations pour auteur-e-s de violences domestiques

Les consultations destinées aux auteur-e-s de violences domestiques jouent un rôle essentiel comme mesure de prévention. Pourtant, comme le révèle une étude réalisée sur mandat du Service de lutte contre la violence du Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes (BFEG), l'avenir financier de ce travail de soutien indispensable est incertain.

Il existe actuellement 25 centres de consultation en Suisse, qui ont pris en charge, en 2006, 733 hommes et 78 femmes à l'occasion de consultations individuelles, de groupe, de couple ou de programmes d'apprentissage. Selon le communiqué de presse du BFEG, dans environ 30% des cas concernant des hommes et 50% des cas concernant des femmes, il s'agissait de mesures ordonnées dans le cadre d'une procédure pénale. En ce qui concerne les près de 70% des hommes et 50% des femmes y ont pris part de leur plein gré, malgré le fait que, pour  la plupart d’entre eux, les consultations ne sont alors pas pris en charge financièrement.

L'importance du rôle joué par ces centres de consultation est reconnue par nombre de cantons et de communes. Ces derniers participent, de façon très inégale, aux coûts sans qu'existe d'obligation fédérale. Selon l’étude, les cantons d’Argovie, d’Appenzell Rhode-Extérieur, Bâle-Campagne, Berne, Thurgovie, Zurich et Neuchâtel font figure de bons élèves.

 

21.07.2008