Projet des 1000 femmes pour la paix

Le 7 octobre, le Prix Nobel de la Paix était attribué à l’IAEA et son directeur Mohamed El Baradei, lesquels ont été chaleureusement félicité par les initiatrices des ’1000 femmes’. « Naturellement nous sommes un peu déçues car nous espérions que les femmes seraient honorées pour leur travail infatigable et ininterrompu », relatait Ruth-Gaby Vermot-Mangold, politicienne suisse et initiatrice de l’organisation. « Pourtant, nous sommes aussi fières d’avoir, en trois ans, réussi à donner plus de visibilité au travail des femmes en faveur de la paix. A noter qu’un livre intitulé 1000 Peace Women Across the Globe dresse le portrait des mille élues a paru en octobre 2005.

En effet, 1000 femmes choisies parmi 150 pays auraient pu recevoir ensemble le prix Nobel de la paix 2005. La nomination avait déjà été déposée officiellement en janvier auprès du comité de prix Nobel à Oslo. Les noms des 1000 femmes qui ont été proposées sont disponibles.

Les femmes sélectionnées représentent, selon le vœu des initiatrices, l’ensemble des femmes qui s’engagent mondialement pour la paix et la dignité humaine. Elles sont non seulement actives, pour la majorité d’entre elles, dans leurs villages et leurs régions, mais aussi dans des institutions et des universités. Certaines sont membres de gouvernements ou actives au niveau international. Les critères pour chaque nomination ont, entre autres, été la persévérance et l’intégrité, un engagement au long terme, l’association de toutes les parties du conflit et un vaste réseau.

Ont été sélectionnées pour la Suisse : Elisabeth Reusse-Decrey, de l’ONG Geneva Call, active dans le domaine des mines antipersonnelles en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie ; Elisabeth Neuenschwander, active durant de nombreuses années en Asie du Sud-Est et dernièrement au Pakistan comme responsable d’un projet d’entraide pour les réfugiés afghans ; Irene Rodriguez, active entre autres au Fraueninformationszentrum pour les femmes d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et d’Europe de l’Est (FIZ) ; Marianne Spiller-Hadorn, fondatrice de l’orphelinat et centre de formation Associação Brasileira de Amparo à Infância – ABAI au Brésil ; Anni Lanz, lobbyiste et accompagnatrice de longue date des requérants d’asile en Suisse.

04.11.2005