Engagement continu de la Suisse en faveur du Tibet (CN/07)

A l’heure des questions de la session de printemps 2007 du Conseil national, six conseillères et conseillers nationaux ont exprimé leur inquiétude sur l’avenir du Tibet. Outre la date anniversaire du 10 mars marquant les 48 ans de la répression de l’insurrection tibétaine, deux autres événements étaient à l’agenda. Alors que le 14 février 2007, le Parlement européen a adopté une résolution demandant la reprise des pourparlers entre les autorités chinoises et le dalaï-lama, les députés demande quel est la contribution de la Suisse en faveur d’un tel dialogue. Allusion a aussi été faite en lien avec un "Memorandum of Understanding" que la Suisse serait en passe de signer avec la Chine.

Selon la ministre des affaires étrangères Micheline Calmy-Rey, la Suisse suit de près la situation des droits humains au Tibet, qui a évolué ces dernières années : des progrès liés aux droits économiques ont été observés. Toutefois, des inquiétudes quand à la répression de la liberté de culte et aux droits des minorités demeurent. Ainsi, le Conseil fédéral a décidé en mai 2005 d’intensifier ses relations avec la Chine, cadre dans lequel le "Memorandum of Understanding" est prévu de devenir un instrument adéquat de coopération. La question des droits humains est explicite dans un article concernant la coopération politique. La conseillère fédérale a assuré que la Suisse continuera à s’engager pour les droits humains au Tibet. A plusieurs reprises ces dernières années, elle a encouragé les autorités chinoises à dialoguer avec des représentants du Dalai Lama.

Information supplémentaire

06.03.2017