Les ONG contre une visite suisse en Israël

«Non à la visite du Conseiller fédéral Ueli Maurer au ministre de la défense israélien». Cet appel, lancé le 17 septembre 2010 par une douzaine d’organisations non-gouvernementales ainsi que plusieurs partis politiques est clair. Il demande au Conseil fédéral d’annuler la visite du chef du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) à son homologue israélien, prévue du 8 au 10 octobre 2010. 

Les signataires rappellent que la Suisse, en tant que pays dépositaire des Conventions de Genève, a une responsabilité particulière pour faire respecter le droit international humanitaire. Pour eux, une visite en Israël dans les conditions actuelles contredirait gravement l’engagement hélvétique pour une paix juste et durable fondée sur le droit international. 

Violation des droits humains en Palestine

Les territoires palestiniens occupés sont le théâtre quotidien de violations des droits de l’homme. Blocus de la bande de Gaza, attaque de l’armée contre des civils et politique coloniale dans l’ouest de la Jordanie : la liste est longue et les faits sont graves.

Par ailleurs, les violations du droit humanitaire documentées dans le rapport Goldstone sur l’attaque militaire de Gaza en 2008-2009 n’ont encore donné lieu à aucune poursuite pénale.  

Contradiction avec l'engagement suisse pour la paix

Pour les organisations signataires de l’appel au Conseil fédéral, la visite du chef du département de la défense suisse à son homologue israélien constituerait un soutien unilatéral à l'occupation militaire israélienne et une caution à l'impunité dont jouissent les responsables de l'armée israélienne. De ce fait, elle décrédibiliserait l'engagement pris par la Suisse pour que le droit international soit respecté et la population civile protégée. Une telle visite nuirait au rôle diplomatique hélvétique et serait en ce sens contreproductive.

Pour rappel, en février 2010, la Suisse a en effet été chargée par l’ONU de contribuer à trouver les moyens pour imposer la protection de la population civile dans les territoires palestinens occupés. Suite au rapport Goldstone, l'assemblée générale de l'ONU a recommandé à la Suisse de réaliser une conférence des États parties à la IVème Convention de Genève.

Sources

 

 

24.09.2010