Rapport 2021 sur les incidents racistes: augmentation des cas signalés dans le domaine de l’éducation

21.04.2022

L’année dernière, le Réseau des centres de conseil pour les victimes du racisme à recensé 630 cas de discrimination raciale. L’augmentation du nombre de cas dans le domaine de l’éducation est significative, notamment en ce qui concerne le racisme anti-Noir·e·s.

humanrights.ch et la Commission fédérale contre le racisme publient aujourd’hui, le 24 avril 2022, leur rapport annuel d’évaluation des incidents racistes recensés au cours de l’année 2021 par le Réseau des centres de consultation pour les victimes du racisme. Gina Vega, responsable de l’antenne discrimination et racisme de humanrights.ch et Giorgio Andreoli, responsable du service de conseil gggfon – Ensemble contre la violence et le racisme dans la région de Berne, reviennent sur ces chiffres dans une vidéo:

En 2021, le racisme a moins été thématisé dans le débat public que l'année précédente, ce qui ne signifie pourtant pas pour autant qu’il a régressé. Au contraire, 58 cas de plus ont été signalés au Réseau des centres de consultation pour les victimes du racisme. Les incidents enregistrés se sont le plus souvent produits sur le lieu de travail, dans le domaine de l’éducation, dans l'espace public et dans le cadre de l'administration. Dans ces domaines, il est particulièrement difficile pour les personnes concernées de signaler les incidents, de prendre des mesures et de les faire appliquer en raison des rapports de force et de dépendance existants. L'augmentation des incidents signalés dans le domaine de l'éducation est frappante. Ce sont surtout les élèves et les apprenti·e·s Noir·e·s qui ont subi des discriminations, des insultes et du harcèlement à caractère raciste venant des enseignant·e·s et des autres élèves. On a également observé que les établissements avaient été dépassés par ces incidents, ce qui a entraîné un sentiment d'insécurité chez les personnes concernées.

La pandémie de Covid-19 se reflète également dans les chiffres du rapport. Ainsi, en 2021, davantage de signalements liés à des actes antisémites ont été enregistrés. Certains de ces incidents concernaient la négation et la banalisation du génocide ainsi que d’autres théories du complot antisémites ou plus généralement racistes. Des personnes issues des milieux d'extrême droite ont également davantage tenté de se faire entendre et de diffuser leurs idéologies, aussi bien sur internet que lors des manifestations contre les mesures liées à la pandémie de Covid-19. Cette tendance à la hausse est inquiétante, d’autant plus que la politique et la société dans son ensemble n'ont pas pris de mesures fortes pour s'y opposer.

Même si le rapport sur le racisme ne représente que la fameuse «pointe de l'iceberg», il constitue une source de suivi régulier des cas qui met en évidence les dynamiques du racisme en Suisse. L’ampleur du racisme dans la société ne peut toutefois être saisie que si tous les incidents racistes sont effectivement signalés. Aussi, les problèmes tels que le racisme structurel et institutionnel peuvent et doivent être rendus visibles à l'avenir afin que des revendications en découlent. Les personnes concernées ne doivent par ailleurs pas se retrouver seules face au racisme qu’elles vivent. Les centres de consultation sont là pour écouter leurs témoignages, les prendre au sérieux et les soutenir avec professionnalisme.

Il est urgent d'empêcher la diffusion d'idéologies racistes et d'extrême droite ainsi que des discours de haine sur internet en prenant des mesures tant politiques que juridiques. La sensibilisation et l'éducation aux questions de discrimination raciale doivent être renforcées dans la société dans son ensemble. Les écoles et les établissements de formation en particulier, ont une responsabilité particulière à assumer pour que le racisme soit reconnu, nommé et combattu. Des programmes de prévention et de lutte contre la discrimination doivent ainsi être élaborés et ancrés dans tous les établissements de formation. La thématique du racisme doit impérativement faire partie de la formation initiale et continue du personnel enseignant et être intégrée d'urgence dans les programmes des hautes écoles pédagogiques.

contact

Gina Vega
Responsable de l'antenne discrimination & racisme

gina.vega@humanrights.ch
031 302 01 61
Jours de présence au bureau: Ma/Je

contact

Gina Vega
Responsable de l'antenne discrimination & racisme

gina.vega@humanrights.ch
031 302 01 61
Jours de présence au bureau: Ma/Je