Update: 27.02.2007

Les requérants d’asile de Guinée et du Sri Lanka ne seront pas renvoyés

Mises sous pression par les organisations non gouvernementales, les autorités suisses ont décidé de ne plus organiser de rapatriements vers la Guinée-Conacry ainsi que vers le Sri Lanka. Dans les deux pays, la situation est grave : en Guinée, en état d’urgence depuis le 10 annvier 2007, un état de siège extrêmement contraignant a été instauré le 12 février suite aux manifestations d’opposition au régime qui avaient fait déjà plus de 100 morts. Au Sri Lanka, une drastique escalade de la violence dans le Nord et l’Est a porté des coups sévères ont été portés au respect des droits humains (exécutions sommaires, enlèvements à caractère politique, descentes de police et arrestations arbitraires). Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) a adopté une nouvelle position face aux réfugiés sri-lankais.

Expulsions jusqu’à la dernière minute

Des vols charter avaient été organisés par l’Office fédéral des migrations (ODM) pour rapatrier des requérants déboutés vers Conacry alors que l’état de siège était déjà déclaré. Il a fallu l’intervention de IGA SOS Racisme et de Amnesty International pour que l’ODM déclare, le 23 février « Les renvois seront stoppés jusqu’à ce que l’état de siège soit levé. C’est l’OSAR qui a appellé les autorités suisses à accorder l’asile aux personnes persécutées de manière ciblée et des admissions provisoires à celles fuyant les combats entre belligérants au Sri Lanka.

Selon les statistiques de l’ODM (fin 2006), 386 Guinéens et 408 Sri Lankais étaient en procédure de demande d’asile en Suisse, dont respectivement 57 et 77 en processus de renvoi.

  • Amnesty International demande l’arrêt immédiat des renvois (pdf, 1p.)
    Communiqué de presse d’AI section suisse, 22 février 2007 (n'est plus accessible en ligne)
  • Mise sous pression, la Suisse suspend les renvois en Guinée
    Le Courrier, 23 février 2007 (n'est plus accessible en ligne)
  • Les réfugiés du Sri Lanka nécessitent protection
    Communiqué de presse de l’OSAR, 1er février 2007 

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61