Update: 09.06.2014

Les observatoires du droit d'asile dénoncent une procédure à deux vitesses

Les priorités fixées par l’Office fédéral des Migrations (ODM) engendrent un écart considérable entre les demandes d’asile considérées a priori comme étant peu fondées, qui sont traitées parfois en seulement quelques jours au nom de l’«accélération», et celles émanant de personnes venant de pays tels que l’Afghanistan, l’Érythrée ou la Syrie. Ces dernières attendent plusieurs années avant d’obtenir une décision alors même que tout montre d'emblée qu'elles auraient certainement droit au satut de réfugiées. Elles vivent alors pendant de nombreuses années dans une incertitude destabilisante et inutile.

C’est cet asile à deux vitesses que dénoncent les trois Observatoires d’asile et des étrangers (ODAE) dans leur second rapport commun. Pour Minh Son Nguyen, professeur aux Universités de Lausanne et Neuchâtel et avocat, la contribution des Observatoire  «nous rappelle que c’est la dignité des hommes, des femmes et des enfants qui est en jeu; même en procédure d’asile, ils ont, eux aussi, le droit à un traitement équitable. Elle nous dit également que dans un État de droit qui est le dépositaire de la Convention de Genève, on ne saurait, au XXIe siècle, connaître une procédure d’asile à deux vitesses.»

Sources

© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61