Update: 20.05.2009

Cas de tuberculose chez les demandeurs d'asile suisses

Dans son bulletin d’avril 2009, l’association « augenauf » (les yeux ouverts) relevait l’inquiétante augmentation des cas de tuberculoses dans le domaine de l’asile en Suisse : au moins 25 personnes, principalement des requérants d’asile ou des employés des structures d’asile, ont été affectées l’année dernière. Sur ces 25 personnes, au moins deux décès ont été confirmés. Selon « augenauf », il y a lieu d’agir, et vite.

Manque d’informations

La tuberculose est transmise par voie aérogène, lors de quintes de toux. Elle est considérée comme maladie liée à la pauvreté, et est observée et combattue systématiquement en Suisse depuis plusieurs années. En 2008, plusieurs cas de tuberculose ont cependant été diagnostiqués dans deux centres de transit du canton de Zurich. Deux demandeurs d'asile n’ont pas pu être soignés. Des employés travaillant sur les lieux ont également été infectés, ce qui a suscité chez eux un certain désarroi, n’ayant été informés que tard et de manière hésitante. « augenauf » explique ces contaminations par la faiblesse, voir l’inexistence du système d’information entre les différentes institutions concernées par la prise en charge des demandeurs d’asile.

Pressions financières = danger pour la santé publique ?

Selon « augenauf », l’augmentation du nombre de cas de tuberculoses serait la conséquence directe des pressions financières exercées sur le domaine de l’asile. Le suivi médical semble en effet être assez mauvais dans les centres de transit et les structures d'aide d'urgence aux requérants d'asile déboutés. Toujours selon « augenauf », les conditions de vie imposées par les restrictions budgétaires ne sont également pas étrangères à cette recrudescence de cas de tuberculose: un demandeur d’asile loge parfois dans des abris sans voir la lumière du jour, le régime d’aide d’urgence ne permet pas l’adoption d’une alimentation saine, le requérant ne peut pas choisir librement son médecin, etc. Katharina Prelicz-Huber (Verts/ZH) soulignait dans un postulat déposé au moins de mars qu’il y a encore deux ans, tous les migrants qui arrivaient en Suisse étaient soumis à une radiographie, ce qui permettait de détecter les cas de tuberculose. Le Conseil fédéral a supprimé ces contrôles, même si cette décision a été vivement critiquée par la Ligue pulmonaire suisse.

Information supplémentaire

Tuberculose

 


© humanrights.ch / MERS - Hallerstr. 23 - CH-3012 Bern - Tel. +41 31 302 01 61