Neuvième session du Conseil des droits de l'homme (sept. 2008)

Du 8 au 26 septembre 2008 les membres du Conseil des droits de l’homme se sont réunis au Palais des Nations, à Genève. Ce fut l’occasion pour Navi Pillay, la nouvelle Haut-commissaire, de s’adresser pour la première fois au Conseil. Elle a, dans son allocution, souligné l’importance qu’elle accordait à des relations ouvertes et impartiales entre les membres du Conseil des droits de l’homme. Durant cette session, les protagonistes se sont principalement consacrés à l’audition d’envoyés spéciaux, à des discussions sur la prorogation ou la fin de leur mandat ainsi qu’à des débats sur des thèmes abordés lors de sessions extraordinaires.

Adoption de nombreuses résolutions

22 résolutions et décisions ainsi que deux déclarations du président ont été adoptées par le Conseil. Seuls trois de ces textes ont fait l’objet d’un vote. Il s'agit des résolutions sur le suivi de la session extraordinaire sur les incursions militaires israéliennes de 2006 dans les territoires palestiniens occupés, sur la solidarité internationale et sur les mesures coercitives unilatérales. Les autres résolutions ont été acceptées à l’unanimité par le plénum. La Suisse, représentée par Blaise Godet, ambassadeur permanent de la Suisse à l’ONU, est intervenue à plusieurs reprises au long des débats.

Interventions de la délégation suisse

Dans le cadre du débat général concernant les situations des droits humains requérants l’attention du Conseil, la délégation est intervenue en faveur d’une visite sur place de rapporteurs au Zimbabwe et au Congo, soulignant que malgré la création d’un gouvernement d’unité nationale au Zimbabwe la situation des droits humains reste chaotique, tout comme à l’est du Congo, notamment dans le Kivu. La délégation suisse est également intervenue dans le débat sur la « Situation des droits de l’homme en Palestine et dans les autres territoires arabes occupés », rappelant l’Etat d’Israël ainsi que les autorités palestiniennes à leurs obligations en matière de droit international. Dans le cadre du débat traitant de la conférence de Durban, la délégation helvétique a par ailleurs fait une courte déclaration concernant l’initiative populaire suisse « contre la construction de minarets », citée comme exemple pour la discrimination et l’intolérance à l’égard de l’Islam par le rapport du rapporteur spécial sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée. La délégation a à cette occasion rappelé que la position prise par cette initiative ne concerne qu’une partie de la population et non celle de l’Etat, qui s’est prononcé en faveur du non à l’initiative.

Déclarations de la délégation suisse

Informations supplémentaires

04.11.2008