Dix priorités pour le bien-être des enfants

Le Réseau suisse pour les droits de l’enfant, composé de 40 organisations, a publié cette semaine son rapport, élaborant un plan d’action pour dix priorités établies suite aux constatations des écarts, en Suisse, dans l’application de la Convention relative aux droits de l’enfant.

Portant une attention particulière sur le fait de garder l’intérêt supérieur de l’enfant prioritaire lors de différentes démarches juridiques et administratives, le rapport considère qu’il est urgent de définir des lignes de conduites nationales et de les inscrire dans une loi-cadre, incluant un mécanisme de coordination et de contrôle, une sorte d’ombudsman.  Le Réseau se penche également sur les structures d’accueil pour enfants dont les parents travaillent, sur la coordination de la formation, sur la santé des enfants et des adolescents et sur la violence envers les enfants. Outre la pauvreté des enfants, le rapport dénonce la politique suisse envers les mineurs requérants d’asile et sans papiers. Les autorités sont notamment accusées de «contourner le droit international». Dans son plan d’action, le Réseau demande un meilleur encadrement pour les enfants et le droit à un regroupement familial.

Constitué pour permettre d’intensifier la collaboration des organisations actives dans le domaine des droits de l’enfant et de la politique de l’enfance, il a pour but d’encourager la reconnaissance et l’application en Suisse de la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant, mais aussi de participer de façon coordonnée dans la discussion publique relative aux droits de l’enfant.

Information supplémentaire

11.11.2005