Rapport fédéral sur la violence domestique en Suisse

Une à deux femmes sur dix subirait en Suisse des actes de violence physique et/ou sexuelle. C’est ce que montre une étude du Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes (BFEG), présentée le 13 mai 2009. Basée sur des enquêtes représentatives, elle fournit une analyse des causes et des facteurs de risque de la violence dans les relations de couple et elle recense les mesures prises par la Confédération et par les cantons pour lutter contre cette forme de violence. Ce rapport répond à un postulat de l’ancienne conseillère nationale Doris Stump (PS/AG). Il a été adopté par le Conseil fédéral le 14 mai 2009.

Causes multiples

Le rapport souligne que la violence dans les relations de couple est causée par l’interaction de différents facteurs de risque, à caractère individuel et social. Tel est le cas par exemple d’une consommation élevée d’alcool, de l’expérience directe ou indirecte de la violence durant l’enfance ou d’un comportement antisocial ou criminel hors du couple.

D’autres facteurs importants sont l’absence de stratégies constructives de gestion des conflits du couple, l’inégalité du partage du pouvoir entre les protagonistes, les situations de stress comme les grossesses, les séparations, les naissances, l’approbation de la violence par le couple et son entourage. Toutefois, gare aux généralisations : "Il n'existe pas de cause qui conduise directement à la violence", a constaté Marianne Schär, co-auteure de l’étude.

Application systématique des bases légales récentes

Suite à son adoption, le Conseil fédéral entend s'engager ces prochaines années pour que les bases légales existantes soient appliquées de manière systématique, explique le Département fédéral de l'Intérieur. C’est seulement depuis 2004 que les actes de violence commis dans le couple sont poursuivis d’office en Suisse. Depuis 2007, il est en outre possible de demander des mesures de protection comme une expulsion du domicile.

Dans les médias

 

 

 

26.05.2009