Fin des discriminations grâce au « Dialogue sur l'égalité des salaires » ?

L'égalité salariale entre femmes et hommes est inscrite dans la Constitution suisse. Pourtant, une étude du Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes (BFEG) montre qu’en 2009, les femmes gagnent encore en moyenne 19.5% de moins que les hommes dans l'économie privée. Dans 60% des cas, cet écart s'explique par des différences de qualifications et par certaines caractéristiques du poste de travail. Il n’en reste pas moins que, dans 40% des cas, l'écart est dû au sexe, donc à des comportements discriminatoires.

« Dialogue sur l'égalité des salaires »

Pour mieux éliminer cette discrimination, le BFEG, avec les associations faîtières patronales et syndicales ainsi que les services fédéraux liés à la justice et à l’économie (OFJ et SECO) lancent conjointement un projet intitulé « Dialogue sur l'égalité des salaires ». Depuis le 1er mars 2009, les entreprises suisses ont la possibilité de participer à ce projet en adhérant, sur une base volontaire, à une convention. Par ce geste, elles s'engagent à vérifier si leur système de rémunération comporte d'éventuelles discriminations salariales et à mettre en œuvre des actions correctives.

« Equal Pay Day »: première suisse

Le 10 mars 2009, la Suisse célèbre pour la première fois la Journée suisse de l’égalité des salaires. La date correspond aux 49 jours de travail supplémentaires qu’une Suissesse doit effectuer pour atteindre le même salaire annuel que ses collègues masculins. Il varie d’un pays à l’autre (20 mars en Allemagne, 28 avril aux Etats-Unis, etc). Une journée d’action intitulée « Equal Pay Day » a lieu pour la première fois en Suisse, symbolisée par un sac à commissions rouge.

Information supplémentaire

10.03.2009