La Suisse ne signe pas encore la Convention internationale pour les handicapés

Le 30 mars 2007, une cérémonie festive était organisée au siège de l’ONU à New York en vue de la signature de la Convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées. Plus de 80 pays, dont la Communauté européenne, l’ont signé, et 42 pays ont aussi signé le Protocole additionnel qui permet un recours individuel à un comité d'experts quand tous les autres recours nationaux ont été épuisés. La Suisse ne faisait partie ni des uns, ni des autres.

Ratification suisse retardée

Dans sa réponse à une motion déposée par la socialiste argovienne Pascale Bruderer, quelques jours après l’adoption de la Convention par l’Assemblée générale de l’ONU en décembre 2006, le Conseil fédéral prend position le 9 mars 2007 de la façon suivante : sur le principe, il «estime souhaitable que la Suisse signe et ratifie la Convention et le Protocole facultatif. Une adhésion à la Convention serait en adéquation avec la politique que la Suisse a toujours défendue (…). Toutefois, la Suisse a toujours eu pour pratique de ne pas procéder à la signature d'un instrument international tant qu'elle n'était pas sûre de pouvoir ensuite le ratifier. Or, il est encore difficile, à l'heure actuelle, d'apprécier la portée de la Convention et les effets de sa mise en œuvre sur le système juridique suisse.»

L’organisation de défense des personnes handicapées, Handicap International appelle la Suisse a montrer de la volonté politique : elle craint que cette prise de position ne retarde la signature suisse de plusieurs années. De son côté, Egalité Handicap, le centre des organisations de personnes handicapées spécialisé pour les questions de l'égalité, a fait savoir qu’il suivra ce processus de près et fera en sorte que la ratification ne soit pas retardée inutilement.

Information supplémentaire

 

03.04.2007