Extradition vers la Turquie: le TF accepte un recours mais pas l’autre

Le Kurde Erdogan est libre, le Tribunal fédéral (TF) a refusé le 23 janvier 2007 son extradition vers la Turquie. Arrivé en Suisse en 1996 à l’âge de 17 ans, le jeune-homme s’était vu accorder une admission provisoire en 1999. La Turquie, qui lui reprochait des agissements criminels entre 1994 et 1995, a requis son extradition en avril 2003, demande à laquelle la Suisse n’a réagit qu’en août 2006. C’est en raison de la « durée particulièrement longue de la procédure et des défauts et contradiction entachant la demande d’extradition » que le TF a tranché en faveur d’Erdogan, qui avait suscité une vaste campagne de soutien en Suisse.

Le TF a en revanche accordé l’extradition de M.E « tout en exigeant m conformément à la jurisprudence, que la Turquie fournisse des garanties suffisantes quant au respect des droits de l’homme », comme l’indique le communiqué du TF. Le Kurde, leader du PKK, est accusé de nombreuses infractions graves, dont un meurtre en avril 1994, non considérés comme actes purement politiques. Les garanties diplomatiques qui sont la condition de son retour pour affronter la justice de son pays sont sources d’inquiétudes de la part d’organisation de défense des droits humains.

Information supplémentaire