De l’importance des droits humains dans les processus de paix

En marge de la visite du roi de Norvège en Suisse début avril 2006, un séminaire organisé par les deux pays sur le rôle des droits humains dans les processus de paix a eu lieu à Berne. Aussi bien la Norvège que la Suisse sont engagés avec vigueur dans la promotion de la paix. Le souverain norvégien et son hôte le président Leuenberger y ont également participé, avec la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), et son homologue norvégien Jonas Gahr Store. Pour ces derniers, selon un article de la NZZ (6 avril 2006), la notion de respect des droits humains est un élément clé de la paix.

Par ailleurs, l’ONG International Council on Human Rights Policy (ICHRP) - établie à Genève depuis 1998 et spécialisée dans des recherches pour les organisations travaillant sur le terrain dans le domaine des droits humains – vient de publier un rapport sur le lien entre processus de paix et droits humains. En effet, les normes et principes des droits humains sont plus fréquemment cités dans les récents accords de paix. Si les défenseurs des droits humains voient cette évolution d’un bon œil, ce n’est pas toujours le cas des médiateurs de paix : selon leurs observations, l’introduction de conditions liées au respect des droits humains peut constituer un obstacle de taille à des négociations fructueuses.

13.04.2006