La ‘sécurité humaine’ d’une perspective féministe

Le terme de ‘sécurité humaine’ désigne un concept de sécurité centré sur la protection des individus face à la violence politique, la guerre et l’arbitraire. Dès la fin du XXe siècle, ce concept s’est révélé être central en politique extérieur – par exemple au sein de l’ONU ou dans le Réseau de Sécurité Humaine interétatique et multilatéral – et également en politique intérieure suisse.

L’organisation féministe de la paix cdf sise à Berne a préparé un dossier en allemand à ce propos, intitulé

Security Check – Sicherheitsdebatten feministisch durchgeleutet

Cfd-Dossier 2007
Editeur: cfd Christliche Friedensdienst cdf, Berne 2007.

Un objectif de ce dossier est de se pencher sur la façon dont le concept de sécurité humaine, perçu comme processus d’habilitation (empowerment), offre aux femmes les meilleures conditions en matière de sécurité et de pratiques dans le débat politique actuel, sous un éclairage critique féministe. Humanrights.ch propose un résumé en allemand, partageant des clés de refléxions pour ce qui est de la signification de la globalisation pour la sécurité des femmes, de la migration et de la traite, ou de la législation protégeant de la violence.

A propos de la sécurité humaine

L’engagement en faveur des droits de la personne et du droit humanitaire constitue le fondement de la sécurité humaine. Depuis une quinzaine d’années, il est devenu clair que le sentiment d’insécurité n’est plus dû qu’à un éventuel conflit inter-étatique. Ainsi, il s’agit de protéger et promouvoir les droits de la personne, la primauté du droit, la bonne gestion des structures démocratiques et le respect de la paix et du règlement pacifique des conflits. Ce concept élargit la notion traditionnelle de sécurité qui est centrée sur la protection du territoire de l’Etat. L’objectif est de protéger l’individu et la société civile contre la violence. Constituent un risque pour la sécurité des menaces telles que les conflits violents, la violation des droits humains, l’arbitraire, l’utilisation des mines, la violence sexuelle, les déplacements internes, la traite des êtres humains, mais aussi, selon une définition large, la pauvreté, la famine, la maladie et les catastrophes naturelles.

Information supplémentaire

13.11.2007