Iran isolé - ONG muselées

Les vives réactions de la délégation et des ONGs iraniennes suite à l’intervention des membres de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) venus perturber le discours controversé du président iranien n’ont eu cesse d’ennuyer les participants de la Conférence. A un tel point que, les deux derniers jours de la conférence, l’Iran s’est retrouvée isolée des autres participants. Ce pays a tenté de contrer l’isolation dans laquelle il se trouvait par une impétueuse agressivité à l’encontre des ONGs dont les interventions en plénière commençaient jeudi.

125 ONG voulaient parler

Sur les 125 ONG inscrites sur la liste des intervenants, seuls 20 avaient pu s’exprimer jeudi soir. Ceci s’explique d’une part par le fait que le moment consacré à l’intervention des ONG a été repoussé à 16h30, les délégations nationales n’ayant pas fini à l’heure, mais également par le fait que l’Iran n’a cessé d’interrompre les déclarations pour des remises à l’ordre. Les interventions des 100 ONG restantes (5 s’étant désinscrites en cours de route) devaient avoir lieu le vendredi, dernier jour de la Conférence. Le vendredi, 87 ONG se sont exprimées, un certains nombre d’entre elles devant prendre un avion, d’autres ayant été victimes de la tactique d’obstruction délibérée de l’Iran. Afin d’apaiser les esprits, le secrétariat a annonçé que toutes les interventions seraient rendues publiques sur le site web de la Conférence. Le secrétariat a par ailleurs reconnu les lacunes de sa politique d’information envers les ONG. La plupart des intervenants de la société civile se sont en effet plaints « d’être venus pour rien », n’ayant eu que peu, ou pas, d’occasion d’influer sur le processus de négociation dirigé par les Etats.

Succès pour les évènements parallèles

C’est dans le cadre des quelques quarante évènements parallèles, organisés par l’ONU ou par les ONGs, qu’ont été finalement le plus discutées les problématiques complexes relatives au racisme et à la discrimination. Ces discussions se sont principalement basées sur le contenu de la Déclaration finale. Outre quelques incidents mineurs, les discussions se sont déroulées dans un climat calme et constructif.

Informations supplémentaires

24.04.2015