Contrôles discriminatoires dans les Transports publics de Lausanne ?

Pour la troisième fois au moins en six mois, un passager d’origine étrangère, mais ne pouvant présenter le billet réglementaire, a subi un contrôle violent, rapporte Le Courrier mi mai 2006. Les contrôleurs des Transports publics de la Région de Lausanne (TL) ont en effet déjà fait la démonstration de leurs méthodes plutôt musclées. Forcé de descendre du bus, le jeune homme Noir surpris sans billet a été plaqué au sol. Il étouffe sous ses assaillants, clame souffrir d’asthme. Menotté, il est porté jusqu’à une voiture de police. En cas de flagrant délit, les contrôleurs ont le droit de retenir une personne, mais leur intervention doit toutefois rester proportionnée, note la porte-parole de la police lausannoise.

Pour les TL, les insinuations de racisme rapportées par les médias sont gratuites et calomnieuses. Dans un communiqué de presse, ils relatent leur perspective de l’incident, et l’attitude parfaitement conforme des contrôleurs face à l’homme particulièrement agressif envers eux – dont un victime de coup – et connus des services contentieux de l’entreprise. Les TL rappellent qu’ils contrôlent plus d’un million de personne sur le réseau chaque année, et que plus de deux tiers de leur personnel est d’origine étrangère, y compris de pays africains.

A titre préventif, disent les mauvaises langues?

Pour mémoire rappelons qu’un arrangement étrange a été conclut en février dernier entre les TL et la Fondation vaudoise pour l’accueil des requérants s’asile (FAREAS). Dénoncé par la Coordination asile, l’accord obligerait chaque requérant-e-s à acheter un abonnement TL (soit 150 francs par mois pour une famille avec trois enfants gagnant 1400 francs), et ce, même si les requérants n’utilisent pas les TL.

12.05.2006