Passeports de Roms annotés au stylo

Des policiers genevois sont suspectés d’avoir inscrit à la main l’activité des mendiants sur leurs papiers d’identité: «Contrôlé par la police le 18. 3. 2009 à Onex pour mendicité. » Le 19 mars 2009, l’association de défense des Roms Mesemrom écrivait une lettre ouvert au conseiller d’Etat en charge des forces de l’ordre, Laurent Moutinot et saisissait l’Office fédéral de la justice et le Haut-commissariat aux droits de l’homme.

Pratique illégale

Le 1er mai, le magistrat confirmait à la RSR que cette pratique est "totalement inadmissible et totalement illégale"  et que la cheffe de la police, Monica Bonfanti, avait immédiatement ouvert une enquête interne, qui sanctionnerait les gendarmes qui ont commis ces infractions. Une circulaire a par ailleurs rappelé aux forces de l’ordre qu’il est inadmissible d’annoter un passeport. En outre, Laurent Moutinot a estimé que le remboursement des passeports gribouillés allait de soi.

Risque de discrimination additionnelle

Présidente Mesemrom, Dina Bazarbachi rappelle, que les Roms sont des personnes qui « sont déjà persécutées dans leur pays d’origine. Imaginez ce qui peut arriver à leur retour chez elles!» L’inscription manuscrite des agents genevois peut donc avoir de graves conséquences pour les possesseurs des passeports à leur retour.

 

14.05.2009