Services publics : propos racistes à la Poste

Après s'être fait traitée de négresse à deux reprises par deux employés de la poste de Châtelaine, une mère de famille a déposé une plainte pénale auprès de la justice genevoise le 27 juillet 2009. Deux semaines plus tard, la plaignante apprenait que l'un des deux employés avait démissionné et l'autre muté. Des associations exigent plus de transparence dans la procédure d'enquête interne de la poste ainsi qu'une prise de conscience des milieux politiques.

« Il est  évident que de tels propos sont inacceptables », a indiqué la porte-parole de La Poste contactée par Tribune de Genève. Selon les services juridiques de l’institution, c’est la première fois qu’une plainte est posée dans ce sens. Des mesures seront prises suite à la décision judiciaire seulement. La jeune femme, genevoise et noire, a été injuriée une première fois mi juin 2009 alors qu'elle se trouvait avec ses deux enfants en bas âge à la poste de son quartier et que l'un des deux s'est mis à pleurer, a expliqué l’avocate de plaignante. Le 9 juillet, alors qu’elle attendait dans l’ouverture du bureau de poste en présence d’autres personnes, le couple de postiers a de nouveau utilisé des propos injuriant à caractère raciste, traitant notamment de « sale négresse » la mère de famille.

Prises de position

Dans leurs communiqués de presse du 10 août 2009, le Carrefour de réflexion contre le racisme anti-noir (CRAN) ainsi que le Collectif Afro Swiss plaidaient pour "qu'une véritable enquête interne diligentée efficacement et indépendamment du procès judiciaire soit mise sur pied". "Le CRAN déplore [de plus] l'absence d'indignation de la part des plus hauts responsables du canton comme du pays face à des actes récurrents qui insultent la dignité des Noirs en général".


06.04.2011