Rapport 2019 sur les incidents racistes: cas dans l’espace public et motivés par l’extrémisme de droite en augmentation

L’augmentation des cas d’incidents racistes relevant de l’extrémisme de droite recensés par les centres de conseil doit être prise au sérieux. Le racisme ne se limite cependant pas à des cas particuliers commis par des individus; il est profondément ancré dans nos structures sociales, nos institutions et nos réflexes. Chaque acte raciste est une violation des droits humains et porte atteinte aux valeurs fondamentales que prône la Suisse. Nous devons le reconnaître une fois pour toutes.

humanrights.ch et la Commission fédérale contre le racisme publient chaque année un rapport sur les incidents racistes. L’évaluation porte sur les cas d’incidents documentés en 2019 par les membres du Réseau des centres de conseil pour les victimes du racisme.
Voici un aperçu des conclusions du rapport de notre experte Gina Vega, Responsable de l’antenne discrimination et racisme de humanrights.ch et coordinatrice du Réseau des centres de conseil pour les victimes du racisme:

«Ce qui est ressorti en 2019 est l’augmentation de 27% par rapport à 2018 de tous les cas de discrimination raciale recensés en Suisse. L’espace public, dans lequel se déroule une grande partie de la vie quotidienne, est le plus touché par le racisme, suivi par le lieu de travail et le voisinage. Ceci montre que le racisme en Suisse est une réalité et un problème latent qui entrave la vie de différents groupes de la population. L’accès à des services de consultation pour les personnes touchées et témoins est certes facilité, ainsi, celles-ci sont davantage promptes à signaler les cas d’incidents racistes. Cependant, le nombre de cas réels reste trop élevé. Le racisme ne se limite pas à des cas particuliers commis par des individus; il est profondément ancré dans nos structures sociales, nos institutions et nos réflexes. Chaque acte raciste est une violation des droits humains et porte atteinte aux valeurs fondamentales que prône la Suisse. Il en va de la responsabilité de nous tous et toutes de nous confronter à ce problème et de le combattre. Les politiques, les réseaux sociaux et les médias doivent tout particulièrement veiller à empêcher la propagation et la légitimation d’idées, d’actes et de discours racistes.»

contact

Gina Vega
Responsable de l'antenne discrimination & racisme

gina.vega@humanrights.ch
031 302 01 61
Jours de présence au bureau: Ma/Je

contact

Gina Vega
Responsable de l'antenne discrimination & racisme

gina.vega@humanrights.ch
031 302 01 61
Jours de présence au bureau: Ma/Je