La Suisse partenaire du Congrès contre la peine de mort

« Le droit à la vie est LE droit fondamental contre l’humanité », une « valeur universelle qui doit être protégée par tous les gouvernements de la planète » écrit la présidente de la Confédération suisse Micheline Calmy-Rey le 3 février dans son message adressé au 3eme Congrès mondial contre la peine de mort qui avait lieu à Paris. « L’Etat qui applique la peine de mort néglige son obligation », rappelle-t-elle. Non seulement la Suisse soutient ce Congrès organisé pour la 3eme fois, mais elle en est le partenaire : la Présidente a invité les associations organisatrices à Genève pour le 4eme Congrès en 2009.

Adoption d’une Déclaration demandant l’abolition universelle de la peine de mort

Les citoyens et représentants de la société civile et de pouvoirs publics ont adopté au cours du Congrès une Déclaration dans laquelle ils demandent « d’une seule voix d’en finir, partout dans le monde, avec des justices qui tuent. Nulle autorité ne doit porter atteinte à la vie d’autrui. ». L’appel est suivi de 5 recommandations. La Déclaration rappelle également que la peine de mort recule dans le monde : depuis le dernier Congrès, 6 pays l’ont aboli et aucun ne l’a rétablie. Mais certains pays on repris les exécutions après des moratoires prolongés (Bahreïn), d’autres cherchent à la rétablir (Pérou) et elle est appliquée à une large échelle dans plusieurs pays (Arabie Saoudite, la Chine, les Etats-Unis, l’Iran et le Vietnam)-

Informations supplémentaires

21.07.2017