La violence n’est pas une solution : Campagne du Conseil de l’Europe contre la violence faite aux femmes

La violence domestique est une violation des droits de la personne humaine : si elle blesse gravement les femmes, les privant de leur capacité de jouir des libertés fondamentales, elle nuit aussi à la société tout entière, y compris aux générations futures. C’est l’un des messages clé de la Campagne du Conseil de l’Europe pour combattre la violence à l’égard des femmes, y compris la violence domestique, lancée au cours d’une conférence à Madrid le 27 novembre 2006. La campagne durera jusqu’en mars 2008.

Première cause de décès

Les chiffres collectés par le Conseil de l’Europe montrent que cette forme de violence est présente dans tous les pays européens. Un cinquième à un quart de toutes les femmes ont subi des violences physiques au moins une fois dans leur vie et plus d’un dixième ont subi des violences sexuelles. La plupart des actes sont commis par des hommes appartenant à leur entourage immédiat, le plus souvent des partenaires ou d’anciens partenaires. La violence domestique est, en Europe, la cause principale de décès ou de dommage sévère pour la santé pour les femmes entre 16 et 44 ans, précédant ainsi le cancer ou les accidents de trafic!

Sensibiliser l’opinion publique

Lutter contre la violence domestique nécessite une action concertée des pouvoirs publics. Pour la violence à l’égard des femmes, c’est la participation active des hommes qui sera nécessaire. «La campagne a pour objectif d’attirer l’attention du public sur l’étendue de la violence faite aux femmes et d’encourager l’adoption de nouvelles lois et mesures afin d’y mettre un terme» ajoute le communiqué de presse du Conseil de l’Europe, qui déclarait en préambule : «La violence domestique doit être criminalisée, les victimes protégées et les agresseurs punis à travers l’Europe».

Information supplémentaire


07.12.2006