Parution du Rapport Mondial 2009 de Human Rights Watch

15.01.2009

« Il faut empêcher les États coupables d'abus de manipuler le système afin d’échapper aux critiques » C’est autour de cette idée centrale que Human Rights Watch, une des ONG internationales les plus influentes en matière de défense des droits humains, présente son nouveau Rapport mondial. Son directeur, Kenneth Roth, explique que les opposants aux droits humains sont parvenus à dominer les débats intergouvernementaux sur le sujet en minimisant l'importance de l'examen de situation par les Nations Unies et en compromettant le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.

Contourner le système: stop!

Le rôle de chef de file que joueront les États-Unis dans l'action en faveur des droits humains va être essentiel, a déclaré Human Rights Watch, car aujourd'hui les actions diplomatiques les plus dynamiques et les plus structurées en matière de droits humains ne sont pas constructives, et sont conduites par des nations qui essaient de contourner l'examen de leurs propres abus et de ceux commis par leurs alliés. Human Rights Watch salue les gouvernements du Sud qui ont résisté à cette tendance et qui ont fait connaître leur soutien aux droits humains.

Contenu du rapport

Le Rapport Mondial 2009 est une rétrospective annuelle des pratiques en termes de droits humains autour du monde réalisée par Human Rights Watch, résume les questions cruciales en matière de droits humains dans plus de 90 pays, reflétant le travail d'investigation considérable mené en 2008 par le personnel de Human Rights Watch. A noter que si la Suisse ne fait pas partie des pays examiné c’est par manque de capacité de l’organisation et non par manque d’abus. Le rapport informe sur les abus de droits humains actuels commis par les États et les groupes armés non étatiques dans le monde, y compris les attaques sur des civils lors des conflits. Il met également en avant les violations commises par les gouvernements qui essaient de faire obstacle au terrorisme. Ce rapport traite par ailleurs des abus commis envers les femmes, les enfants, les réfugiés, les travailleurs, les homosexuels, les bisexuels et les transsexuels, parmi d'autres.